Off the map, tome 1 : Wild Love

Publié le par Carole94p

Off the map, tome 1 : Wild Love

Série : Off the map

Titre : Wild Love

Auteur : Lia Riley

Editions : City

http://img.over-blog-kiwi.com/0/62/24/01/20160805/ob_c062fc_resume.png

Pour oublier un drame familial, Natalia décide de changer de vie en partant pour six mois à l’autre bout du monde. A 21 ans, elle va vivre en Australie comme une simple étudiante. Sans problèmes. En tout cas, c’est ce qu’elle espérait jusqu’à sa rencontre avec Bran, un beau surfeur aux yeux hypnotiques. Mais Bran vient de connaître la pire année de sa vie. Sa relation avec la fille de ses rêves s’est transformée en cauchemar et il refuse désormais d'aimer qui que ce soit, malgré son extrême attirance pour la jeune Californienne. Bran peut-il tirer un trait sur un passé qui l’obsède toujours et accepter cette passion sauvage ? Et si c’était, finalement, l’histoire d’amour d’une vie ?

Elle veut conquérir un homme qui ne veut plus aimer…

 

http://img.over-blog-kiwi.com/0/62/24/01/20160805/ob_d0d480_mon-avis.png

Depuis que j'ai entendu parler de Wild Love il y a quelque temps, c'est simple, j'ai compté les jours avant sa sortie. Ca m'a paru tellement long, je le voulais tellement... il faut dire que le résumé m'a de suite séduite. Une fille, Talia, qui part en Australie pour tenter d'oublier son passé et surtout ses problèmes familiaux, va faire la connaissance d'un gars, Bran, au passé assez mystérieux qui ne croit pas en l'amour. Rien que ça, j'avais énormément envie de lire ce premier tome. Ensuite, quand j'ai vu la couverture, j'étais totalement conquise. Pour une fois qu'une couverture est conservée, bref, la superficielle en moi était ravie.

Quand j'ai commencé ma lecture, j'ai senti que j'allais aimer ma lecture. L'écriture de l'auteur est ultra fluide et on se met facilement dans l'histoire. Dès les premières pages, je m'attachais déjà à Talia. Car son personnage est loin d'être commun. Notre héroïne souffre de TOC. Ces troubles si compliquer à vivre. Pour elle, c'est de petits rituels quotidiens qu'elle doit faire ou encore la peur du rouge. Tout ça, en lien avec son passé. La mort de sa soeur. Je vous en dirait pas plus sur les circonstances de sa mort, mais sachez que cette découverte m'a vraiment prise aux tripes tout comme la confrontation avec sa mère. Alors quand Talia va rencontrer Bran dans un pub, ça va être LA rencontre. Petit à petit ils vont se découvrir, sans jamais tout s'avouer totalement.

J'ai beaucoup aimé leur relation, qui évolue au fil des pages. On voit que rien n'est facile, et que parfois certains choix sont à faire. Talia arrive avec un bagage lourd avec lequel il faut arriver à gérer et de son côté Bran repousse continuellement les sentiments qu'il développe pour elle.

Les 100 dernières pages sont les meilleures, dans le sens, où ceux sont celles qui m'ont le plus ému. J'étais vraiment pas loin du coup de coeur pour le coup. Comme je le disais plus haut, la confrontation avec sa mère, la découverte des circonstances de la mort de sa soeur Pippa, et ou encore les évènements concernant notre couple qui ne tournent pas comme prévu, en gros, ces pages sont les plus fortes niveau émotions et retournement de situation.

En conclusion, j'ai vraiment hâte et même plus encore de lire la suite prévue pour septembre 2015 !

http://img.over-blog-kiwi.com/0/62/24/01/20160805/ob_e0cc1a_2-1.png

P. 52-53

Je pose mon sac au-dessus du sien et, quand je me retourne, je le bouscule. Mes mains se plaquent contre son torse. Mes doigts picotent sur toute la longueur. Il est dur partout où il faut.

Mes joues doivent s'assortir parfaitement à la peinture du véhicule. Je suis tout près de lui, si près que je repère l'endroit où il s'est mal rasé ce matin. Un instinct primal me pousse à y passer mes lèvres. Mon Dieu, j'ai failli me laisser tenter. Qu'est-ce qui cloche chez moi ?

- Je...

Il prononce ce mot comme s'il l'extrayait d'une fosse remplie de gravier. Le Sphinx est un million de fois plus expressif.

- Tu ne m'as jamais dit que tu surfais, dis-je en me tournant et en tapotant la planche pour dissimuler mon trouble.

- Ben, maintenant, je te le dis.
- Tes parents ont fait l’impasse sur les cours de charme ? Ils n'ont pas voulu payer ?

Et vlan ! Je balance comme si c'était une deuxième nature pour moi. Plus facile de provoquer que de me concentrer sur le fait qu'il me déstabilise complètement. Avec lui, je réagis de façon totalement disproportionnée. Et c'est dangereux.

My-Bo0ks

P.59-61

- Je suis pacifiste. Je n'ai jamais reçu un baiser romantique sous la pluie.
- C'est trop déprimant.
- D'où mes yeux tristes.

Les voitures commencent à redémarrer. Je sors la main par la vitre et laisse le vent souffler entre mes doigts. Ce gars me fait tourner la tête, mais je crois que j'aime ça.

- Bran ?
- Natalia ?

Je me crispe, tout de suite sur la défensive.

- Personne ne m'appelle comme ça, à part ma mère. Comment sais-tu mon vrai nom ?
- J'ai lu l'étiquette de ton sac. Natalia Stolfi.
- Ah, d'accord, dis-je en me ressaisissant.
- C'est vrai que tu n'as aucun regret ? Même pas un seul ?

J'espère qu'il n'imagine pas à quel point je suis sérieuse.

- A quoi bon ?

Ses doigts se resserrent sur le volant.

- Le passé, c'est le passé. C'est tout.
- Comme ce qui ne tue pas nous rend plus forts ?
- Non, ça c'est un cliché débile. Je veux dire, la vie n'a aucun sens, malgré ce que veulent penser les gens. Une fois que j'ai compris ça, tout a été plus simple.
- On t'a déjà dit que tu étais intense ?
- Tous les jours depuis ma naissance.

Il jette un coup d'oeil dans le rétroviseur.

- Il faut que je te demande quelque chose. J'invente peut-être...
- Oui, sûrement, dis-je pour l'interrompre.
- Je ne suis pas dupe.

Et c'est vrai. J'ai beau essayer de cacher ma folie, il voit clair dans mon jeu.

- Mais tu essayes de tromper tout le monde, n'est-ce pas ?

Il se tourne et me surprend en train de le regarder.

- Tu joues bien la comédie. Enjouée, craquante, toujours le sourire comme si c'était le plus beau jour de ta vie. Tu sais ce que je pense ?
- Non, en fait.

Attends, je suis craquante ? Il pense que je suis craquante ?

- Je sais pas exactement quel est ton problème, mais...

La réalité débarque aussi bienvenue qu'un oncle ivre mort à un pique-nique. Ne nous voilons pas la face : personne ne veut fréquenter une fille à problèmes.

- Non, franchement, tout va très bien.

Bon, là, j'ai un peu la voix d'une gamine de cinq ans qui observe des vers de terre en train de se noyer dans une flaque d'eau.

- Comme tu veux, mademoiselle TOC.

Il lance un regard à l'atlas sur mes genoux et remonte vers la bouche pincée.

- Je..., je...


L'angoisse m'étrangle et me noue le ventre. Mais les yeux de Bran ne sont pas moqueurs ; leur douceur inattendue transperce ma carapace.

- Ca ressemble à ça, oui.

Mon murmure se soulève au-dessus de ma tête comme un ballon toxique.

- Ca craint, lâche Bran.

Les gens ne plaisantent pas quand ils pensent que tu es folle, n'est-ce pas ?

- Tu n'imaginent même pas.

Soudain, j'arrive de nouveau à respirer.

[...]


- Je ne peux pas m'endormir sans me réciter un long poème : La chevauchée de Paul Revere.

Je n'en reviens pas. On discute tout naturellement de mes secrets les plus honteux. Pour ne brandit-il pas un doigt accusateur en hurlant "Brûlez-la, brûlez ce monstre" ?

- Et c'est moi qui suis bizarre ? Qu'est-ce qu'ils disent, tes petits amis, quand tu vas dormir chez eux ?

- Je répète les mots dans ma tête, pas à haute voix. Et j'ai jamais eu de petit ami.
- Quoi, mais c'est impossible !
- Quoi ? Que je n'aie jamais eu de petit ami ?

Dit comme ça, je me fais l'effet d'une parfaite ratée. La raison est simple : trop occupée à fantasmer sur le grand amour de ma soeur morte. Mais je m'abstiens de l'avouer.

My-bo0ks

Commenter cet article