KEL, tome 1 : noir et blanc

Publié le par Carole94p

KEL, tome 1 : noir et blanc

Série : KEL

Titre : Noir et Blanc

Auteur : Andréa Schwartz

Editions : Rebelle


Résumé :

A l’aube de la Cinquième Ere, les Deux Empires sont une fois de plus au bord de la guerre.

Shelun la Cheveux-Noirs a perdu toute sa famille dans un raid ennemi. Née femme dans un monde dominé par les hommes, elle n’hésite pas à transgresser les interdits et à se travestir pour accomplir sa vengeance.

Or, la guerre est loin d’être la glorieuse aventure décrite dans les cantiques. Quant aux ennemis, ils ne sont peut-être pas tous les monstres qu’elle avait imaginés…

 

Mon avis :

Quand j'ai découvert KEL, c'est d'abord sa couverture qui m'a interpellé. Elle peut paraitre très simple et pourtant elle m'a de suite donné envie de savoir l'histoire. Le résumé, m'a quant à lui, décidée à l'acheter ! D'autant plus que les avis sont plutôt positifs.

Et ça ne m'a pas trompé. Dès les premières pages, bien que l'univers peut paraître compliqué, je me suis facilement mise dans l'histoire. L'histoire de Shelun, jeune fille de 17 ans qui a perdu toute sa famille à cause de leurs ennemis de toujours les Kel'yon. Après avoir été recueillit par un ancien militaire de sang-mêlé (cheveux blancs et noirs), elle va être entrainé par lui jusqu'au jour où pour venger sa famille, elle va se faire passer pour un homme et entrer dans l'armée des Kel'bai.

Toute la première partie du roman est consacré à son apprentissage, les difficultés quelle rencontre en se faisant passer pour un homme. Shelun va découvrir que ces deux peuples que seule la couleur de leurs cheveux les différencie se font la guerre depuis des années et s'attaquent à tous même aux enfants dans le seul but d'éviter les envies de vengeance. Dans cette première partie, Shelun se montre courageuse et prête à tout. Elle se relève sans cesse toujours prête à combattre. D'ailleurs, les scènes de combat sont très bien décrites.

Tout pourrait très bien continuer comme ça sauf que Shelun va faire une rencontre totalement inattendue. Et contre toutes attentes, ce Kel'yon aux cheveux blancs ne vont pas être le monstre auquel elle pensait avoir à faire. Aydred, est à l'opposé de l'homme qu'elle pensait qu'il était. D'ailleurs, j'ai beaucoup aimé son personnage, sa façon d'agir avec elle. Leur histoire m'a beaucoup plu, et je crois que c'est le point fort de ce roman. Leurs rencontres sont toutes plus fortes les unes que les autres et on se demande bien comment ils vont faire pour pouvoir s'en sortir indemne tous les deux. Puis qu’après tout, ils sont ennemis.

Un évènement crucial va changer la donne. Même si je m'en doutais un peu, je ne pensais pas que la suite allait aller dans ce sens. [spoiler]Shelun est enceinte d'Aydred et le découvre subitement.[/spoiler] Elle est forcée de quitter l'armée et de retourner chez son tuteur. Là, elle espère toujours qu'Aydred viendra la voir malgré son statut, la guerre et le fait qu'ils restent malgré tout des ennemis.

La fin du roman, elle, est assez spéciale. Je me posais beaucoup de questions. [spoiler]Est-que Aydred et Shelun vont vivre ? Vont-ils être ensembles ? [/spoiler]Je l'ai apprécié, mais c'est vrai que j'aurais aimé un "vrai" épilogue, une conclusion qui ne nous laisse pas dans le doute. Surtout que j'ai cru comprendre que le tome 2 concernait Herdred, 10 ans plus tard... donc je pense que les réponses à nos questions ne nous seront peut-être pas donné...

En conclusion, j'ai beaucoup cette lecture. Kel a un côté Mulan, que j'aime beaucoup. On s'attache à elle, on a peur pour elle, quelle soit découverte, quelle et Aydred ne puissent pas se voir, bref, on est totalement dans l'histoire !
Je lirais donc certainement la suite !

 

Note : 9/10

Catégorie : Or

Ses mains se posèrent sur ses hanches et elle se tendit. Lentement, il la fit pivoter sur elle-même et prit ses lèvres. La jeune fille se dit bien qu’elle devait résister, mais elle n’y parvint pas. Ses lèvres avaient un goût si… familier ! Ses baisers lui donnaient toujours cette légère sensation de perdre pied.
— Nous ne devrions pas, souffla-t-elle comme il s’écartait légèrement. C’est… mal. Nous ne sommes plus dans une grotte. Nous sommes ennemis.
Il eut un rire léger et elle sentit son souffle tiède balayer son visage.
— Nous sommes bien engagés sur le chemin de la perdition, alors continuons, dit-il simplement.
— Mais si tu m’avais affrontée, lorsque nous sommes vus – parce que moi aussi, je t’ai vu… Tu m’aurais tuée, n’est-ce pas ?
Elle ne savait même pas pourquoi elle posait la question. Elle connaissait déjà la réponse.
« Je n’aurais pas pu le tuer. » réalisa-t-elle brusquement.
Et cela l’effrayait.
Il soupira et lui caressa la joue.
— J’ai été ravi de ne pas avoir à le faire. Le destin nous a maintenus séparés, je lui en suis reconnaissant. Je me demandais si je te reverrai un jour, ajouta-t-il dans un murmure. J’étais sûr que non. J’espérais ne jamais te revoir.
— Je devrais sans doute te dire merci, parce que cela signifie que tu ne veux pas me tuer.

Booknode

Ses mains se posèrent sur ses hanches et elle se tendit. Lentement, il la fit pivoter sur elle-même et prit ses lèvres. La jeune fille se dit bien qu’elle devait résister, mais elle n’y parvint pas. Ses lèvres avaient un goût si… familier ! Ses baisers lui donnaient toujours cette légère sensation de perdre pied.
— Nous ne devrions pas, souffla-t-elle comme il s’écartait légèrement. C’est… mal. Nous ne sommes plus dans une grotte. Nous sommes ennemis.
Il eut un rire léger et elle sentit son souffle tiède balayer son visage.
— Nous sommes bien engagés sur le chemin de la perdition, alors continuons, dit-il simplement.
— Mais si tu m’avais affrontée, lorsque nous sommes vus – parce que moi aussi, je t’ai vu… Tu m’aurais tuée, n’est-ce pas ?
Elle ne savait même pas pourquoi elle posait la question. Elle connaissait déjà la réponse.
« Je n’aurais pas pu le tuer. » réalisa-t-elle brusquement.
Et cela l’effrayait.
Il soupira et lui caressa la joue.
— J’ai été ravi de ne pas avoir à le faire. Le destin nous a maintenus séparés, je lui en suis reconnaissant. Je me demandais si je te reverrai un jour, ajouta-t-il dans un murmure. J’étais sûr que non. J’espérais ne jamais te revoir.
— Je devrais sans doute te dire merci, parce que cela signifie que tu ne veux pas me tuer.

Booknode

Commenter cet article